DLog (supplt à www.lahary.fr/pro)

Blog professionnel de Dominique Lahary, bibliothécaire. Mes propos n'engagent que moi.

Archive for mars 2008

Parités

Posted by Dominique Lahary le 8 mars 2008

Le 8 mars 2008, à la veille d’importantes élections (municipales et cantonales), les médias traitent de la parité en politique. Et la parité en bibliothèque ?

Il ne s’agit pas bien sûr de prôner un équilibre des genres dans les équipes (encore qu’une certaine mixité, et pas seulement des genres, y soit utile), mais plutôt de s’interroger sur les postes de direction et de responsables associatifs ainsi que sur le genre des intervenants dans les journées d’étude et congrès, des auteurs des articles dans la presse professionnels et des messages (de fonds) dans les listes de diffusion… et finalement des biblioblogueurs.

Le constant est sans appel : c’est calamiteux ! Les hommes sont surreprésentés dans les postes de direction de collectivités importantes (c’est le fameux «plafond de verre», qui ne peut tout de même être absolu étant donné la l’écrasante proportion de femmes dans les équipes). Ils monopolisent une grande partie de la parole publique professionnelle.

La véritable parité à atteindre pour nous dans ces fonctions visibles, ce serait quelque chose comme 80/20. Atteindre 50/50 serait déjà un progrès, et nous n’y sommes pas ! J’ai encore le souvenir cuisant d’une journée d’étude sur l’intercommunalité, organisée à la BPI par l’ADBDP et l’ADBGV le 5 octobre 2004, qui avait vu se succéder à la tribune 23 orateurs … dont une seule femme ! (certes les orateurs n’étaient pas tous bibliothécaires, il y avait aussi des élus et des universitaires, mais ce n’est pas une raison).

Il m’arrive parfois d’être pris comme bibliothécaire pour une femme, à cause de l’ambiguïté de mon prénom – malgré l’indiscutable genre de l’abominable Saint Dominique qui, sur les cendres fumantes de la croisade des albigeois, mena le travail idéologique une fois la besogne militaire accomplie. Je suis bien désolé de contribuer à aggraver le quota.

Je ne pense pas du tout qu’un numerus clausus soit indiqué, bien qu’en tant que citoyen je constate que les lois sur la parité ont un peu atténué les déséquilibres dans la représentation politique. Mais la proportion des genres AFFICHÉS par notre profession est un symptôme. Il y a encore du travail !

Posted in 0-Blog | Tagué: | 8 Comments »

Lire, est-ce comme comme respirer ?

Posted by Dominique Lahary le 7 mars 2008

« Lire, comme respirer, est une fonction qui nous définit ».

Cette phrase dite par Alberto Manguel, Président du jury du Prix Inter 2008, passait ces dernière semaines sur France-Inter. Je reconnais naturellement à l’écrivain de la lecture, qui fut le lecteur de Jorge Luis Borges, le droit de le penser et de le dire. Faut-il la reprendre à notre compte en tant que bibliothécaire ? Je pense le contraire. 

Alberto Manguel écrit sur la bibliothèque (La bibliothèque la nuit, Actes-Sud, 2006). Il est volontiers invité dans les bibliothèques. Lisez la belle intervention qu’il donna au congrès de Paris de l’ABF en 2006 et modestement titrée La bibliothèque hier, contre-pied du titre du congrès : La bibliothèque demain : « Je suis conscient que vous avez, vous autres bibliothécaires, la tâche difficile de réfléchir à ce que seront nos bibliothèques dans les temps à venir. Mais moi, en tant que lecteur, je ne suis pas équipé pour aborder le sujet de l’avenir ». 

Non, lire n’est pas comme respirer, car tout homme respire et tout homme ne lit pas. Dans l’histoire de l’humanité, la plupart des hommes n’ont pas lu. 

Certes, le mot lire est piégé. On le cantonne souvent au papier, contre les écrans ; au livre, contre le périodique, l’affiche, les signalisations diverses ; au roman, contre le documentaire ; à la littérature légitime ou lettrée, contre toutes les autres. Mais quel que soit le sens donné à ce mot, dans l’histoire de l’humanité, la plupart des hommes n’ont pas lu et aujourd’hui encore une immense proportion ne lit toujours pas. 

Est-ce que tous ces hommes n’ont pas respiré, ne respirent pas ? Non bien sûr. Ont-il été, sont-ils, sans richesse culturelle ? Evidemment non.

Il me semble important, quand on est bibliothécaire, de ne pas faire de la lecture, aux sens les plus extensifs ou lkes plus resctrictifs, l’alpha et l’omega de l’humanité. Grâce à la lecture, et donc aux bibliothèques (ou aux librairies, ou à quiconque prête ou donne à lire), des gens accèdent à une part d’humanité qu’ils n’auraient jamais atteinte. D’autres y accèdent sans lecture. 

Pour autant que nous soyons une profession du livre (ce qui est réducteur), nous ne sommes dépositaire d’aucune voie unique d’accès à je ne sais quel salut. Il me semble utile de poser cela, d’abord.

Posted in 0-Blog, Livres | 5 Comments »

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 49 autres abonnés