DLog (supplt à www.lahary.fr/pro)

Blog professionnel de Dominique Lahary, bibliothécaire. Mes propos n'engagent que moi.

Lire, est-ce comme comme respirer ?

Posted by Dominique Lahary le 7 mars 2008

« Lire, comme respirer, est une fonction qui nous définit ».

Cette phrase dite par Alberto Manguel, Président du jury du Prix Inter 2008, passait ces dernière semaines sur France-Inter. Je reconnais naturellement à l’écrivain de la lecture, qui fut le lecteur de Jorge Luis Borges, le droit de le penser et de le dire. Faut-il la reprendre à notre compte en tant que bibliothécaire ? Je pense le contraire. 

Alberto Manguel écrit sur la bibliothèque (La bibliothèque la nuit, Actes-Sud, 2006). Il est volontiers invité dans les bibliothèques. Lisez la belle intervention qu’il donna au congrès de Paris de l’ABF en 2006 et modestement titrée La bibliothèque hier, contre-pied du titre du congrès : La bibliothèque demain : « Je suis conscient que vous avez, vous autres bibliothécaires, la tâche difficile de réfléchir à ce que seront nos bibliothèques dans les temps à venir. Mais moi, en tant que lecteur, je ne suis pas équipé pour aborder le sujet de l’avenir ». 

Non, lire n’est pas comme respirer, car tout homme respire et tout homme ne lit pas. Dans l’histoire de l’humanité, la plupart des hommes n’ont pas lu. 

Certes, le mot lire est piégé. On le cantonne souvent au papier, contre les écrans ; au livre, contre le périodique, l’affiche, les signalisations diverses ; au roman, contre le documentaire ; à la littérature légitime ou lettrée, contre toutes les autres. Mais quel que soit le sens donné à ce mot, dans l’histoire de l’humanité, la plupart des hommes n’ont pas lu et aujourd’hui encore une immense proportion ne lit toujours pas. 

Est-ce que tous ces hommes n’ont pas respiré, ne respirent pas ? Non bien sûr. Ont-il été, sont-ils, sans richesse culturelle ? Evidemment non.

Il me semble important, quand on est bibliothécaire, de ne pas faire de la lecture, aux sens les plus extensifs ou lkes plus resctrictifs, l’alpha et l’omega de l’humanité. Grâce à la lecture, et donc aux bibliothèques (ou aux librairies, ou à quiconque prête ou donne à lire), des gens accèdent à une part d’humanité qu’ils n’auraient jamais atteinte. D’autres y accèdent sans lecture. 

Pour autant que nous soyons une profession du livre (ce qui est réducteur), nous ne sommes dépositaire d’aucune voie unique d’accès à je ne sais quel salut. Il me semble utile de poser cela, d’abord.

About these ads

5 Réponses to “Lire, est-ce comme comme respirer ?”

  1. dbourrion said

    Merci de cette saine relativisation de notre « mission » qui nous permettra peut-être de nous dire d’abord qu’avant d’être des bibliothécaires, nous sommes des humains, et que c’est largement plus important, non ?….

  2. liberlibri said

    Voilà un billet salutaire. Souvent, on « entre en bib » par amour du Livre et, rapidement, on apprend une chose : l’athéisme ! Cette vision sacralisante empêche tellement d’avancer…
    Cela dit, je continue d’aimer Manguel. Pour filer encore l’image religieuse, au travail, je suis laïque et je l’idolâtre en privé ;-)

  3. Souchu said

    Merci Dominique pour ce billet provocateur, provocateur à penser.
    Certes ceux, très nombreux, immensément nombreux qui n’ont pas lu et qui ne lisent pas n’en sont pas moins hommes. Et, comme tu le dis, ont atteint à une humanité pleine et entière, avec une culture qui n’est pas moins culture que la culture livresque.

    Mais nous sommes dans un monde où la loi est écrite, où l’histoire se définit par l’écriture, où l’information est codée, généralement, en écriture, où la connaissance est consignée et partagées dans les livres (ou ce qui en tient lieu) et les revues scientifiques….

    Si la lecture n’est certes pas la voie unique d’accès à je ne sais quel salut, elle est certainement une voie d’accès à l’exercice de la citoyenneté, de la démocratie et de la liberté. Il est bien plus difficile de vivre dans ce monde sans lire qu’en lisant. L’ordre du livre et celui de l’école sont intimement liés. Vivre hors de cet ordre, qui est aussi une normalisation, je te l’accorde, est souvent difficile et douloureux.

    Depuis qu’elle est sortie du salon bourgeois, la bibliothèque, si elle est encore une collection rassemblée dans des locaux à destination de lecteurs, devient aussi une institution de lecture publique. Les bibliothécaires ne sont pas voués à la bibliothèque. Ils sont, me semble-t-il, moins des gens du livre, que des acteurs de la lecture publique. Or la lecture n’est véritablement publique que si elle sait se destiner aussi bien aux gens qui lisent (tous d’ailleurs selon des modalités différentes) qu’à ceux qui ne lisent pas.

  4. Bien d’accord sur l’utilité de lire pour être dans la société. Mais pas pour entretenir la confusion entre les « lire ».

    Cette rigueur me semble le prix à payer pour assumer toutes les littératures qu’on voudra.

  5. Merci de cette excellente remarque sur la confusion courante entre les “lire”, confusion qui revient de manière lancinante dans les débats autour de “la” chaîne ou “l”’économie “du” livre.
    De même qu’il est important de reconnaître la diversité des genres de livres, il est crucial de considérer qu’un même livre est offert à des lectures variées, selon les différents lecteurs et les différents moments ou situations de lecture d’un même lecteur.
    Cela dit, au sein de la convergence entre les fonctions des bibliothécaires, des documentalistes, des conservateurs de musées et des archivistes à la faveur de la numérisation, il me semble que les bibliothèques restent le lieu privilégié des ‘lire’ vivants, offrant au travers du texte à la fois mémoire et incitation à la création de savoirs et d’expérience.
    Cette responsabilité de mémoire et d’incitation à l’appropriation et l’innovation en matières de savoirs implique évidemment l’ouverture aux autres formes de transmission que le texte mis en page ou sur écran.
    Mais c’est sans doute du côté des bibliothèques que l’on peut le mieux défendre la lecture du texte contre l’idée reçue qu’une image porte plus d’information utile.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 52 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :