DLog (supplt à www.lahary.fr/pro)

Blog professionnel de Dominique Lahary, bibliothécaire. Mes propos n'engagent que moi.

Archive for août 2008

Lisons Hervé Le Crosnier dans Le Monde Diplo

Posted by Dominique Lahary le 28 août 2008

Bonne nouvelle, Hervé Le Crosnier publie des articles dans Le Monde diplomatique.

Dans le numéro d’août 2008 : A l’ère de l’informatique en nuage. Voici l’intro :

Le monde numérique s’organise désormais selon un étrange modèle : l’« informatique en nuages ». Le stockage et le calcul effectués par les ordinateurs personnels migrent vers de gigantesques centres de traitement contrôlés par les géants de l’Internet. Un risque accru de dépendance pour leurs clients.

Dans le numéro de mars 2008 : Mouvements tectoniques sur la Toile, dans lequel il énonce les grands enjeux des  batailles économiques en cours :

[...] le contrôle de la publicité sur Internet, dont les formes de plus en plus sophistiquées aiguisent les appétits industriels ; le redéploiement de l’industrie bureautique, où les services en ligne viennent concurrencer les logiciels installés sur les postes de travail.

Posted in 0-Blog | 1 Comment »

Avec Francis Lacassin contre les classements

Posted by Dominique Lahary le 28 août 2008

Nous continuons la rubrique nécrologique avec la disparition de l’inlassable défenseur de certaines littératures, Francis Lacassin.

Dans son article du Monde du 16 août, Patrick Léchichian le cite : "J’aime autant Le Mystérieux docteur Cornélius, de Gustave Lerouge (l’un de ses auteurs fétiches) qu’A la recherche du temps perdu. Il ne faut pas établir d’échelles de valeur entre la "grande" et la "petite" littérature. Les classements sont faits pour les bibliothécaires."

Acceptons cette pique. Je me souviens pourtant avoir été sensibilisé à ce qu’on s’appelait alors la « paralittérature » en préparant le CAFB en 1976-1977.

Mais cette expression-même indiquait une hiérarchie, un jugement de valeur. Nous savons bien que certains genres mettent du temps à accéder à la légitimité culturelle, et les bibliothèques peuvent être un des lieux de conquête.

Mon hypothèse est que les mauvais genres accèdent à la légitimité culturelle au prix de la dénonciation en leur sein des mauvais livres (ou ce qui revient au même de la mise en valeur des bons) : l’échelle de valeur est transférée des genres aux titres.

Je ne suis pas en train de dire que tout se vaut, il n’est personne pour qui tout se vaille et c’est tant mieux. Mais que tout système de légitimation produit de l’exclusion. Pour le meilleur et pour le pire. Et qu’aucun ne peut se prévaloir d’une légitimité absolue.

Merci à Francis Lacassin d’avoir brouillé les pistes et promu de mauvais genres, sinon de mauvais livres.

Posted in 0-Blog, Politique documentaire | 16 Comments »

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 50 autres abonnés