DLog (supplt à www.lahary.fr/pro)

Blog professionnel de Dominique Lahary, bibliothécaire. Mes propos n'engagent que moi.

Et alors, on ne blogue plus ?

Publié par Dominique Lahary le 30 décembre 2009

On ne blogue pas comme on veut, quand on veut.

Trop de travail, de tâches associatives et interassociatives, de cours, interventions, ou articles, la vie personnelle évidemment, et par là-dessus la fatigue, la fatigabilité qu’on sent croitre. J’ai la matière de vingt billets dans la tête mais n’ai pu la coucher sur l’écran. Bravo et bon courage à ceux qui continuent sans désemparer, je n’ai guère eu le temps de les lire ces derniers temps, mon Netvibes rame à la maison (j’habite dans une zone sinistrée du point de vue du débit).

Voilà une liste de sujets que j’aurais aimer traiter – peut-être en traiterai-je une partie dans les mois qui viennent, qui sait ?

  • Ne vous en déplaise, Blaise (bibliothèque et divertissement)
  • Un peu d’Etat, tout de même, 2 (à propos de la disparition de la DLL – suite de Un peu d’Etat, tout de même)
  • Faut-il une fonction tribunicienne ? (à propos d’un éditorial d’Anne-marie Bertrand)
  • La bibliothèque dans les nuages… et ailleurs (préfiguré ici)
  • Google et les pirates (de l’utilité du crime selon Emile Durkheim)
  • L’intercommunalité et la lecture publique, de l’insignifiance à un peu mieux
  • Libraires vs. bibliothécaires
  • Google et nous (reprise de mon intervention de 2008)
  • Éloge de la narration
  • A propos de l’enquête sur les pratiques culturelles des Français
  • A quoi renoncer ? (feuilleton)

(ajoutés les 4 et 5 janvier)

  • Les fonds flottants
  • Trop de livres dans les bibliothèques ?
  • Bibliothèques et marché
  • Le public au coeur, qu’est-ce à dire ?

A suivre…

About these ads

6 Réponses à “Et alors, on ne blogue plus ?”

  1. Didier a dit

    Même sentiment ! Une masse de choses que l’on aimerait jeter sur le papier – du moins les écrire. Et la vie pro (et autre) qui, à juste titre nous absorbe. Je n’ai pas fait la liste de ce que je souhaiterais écrire… mais je suis encore plus à la traine que toi ! Amitiés.

  2. Aimable a dit

    Je n’ignore pas que vous guettez les commentaires d’Aimable, les seuls qui donnent un peu de vie et de contenu à votre blog. Point de hâte ! Les voici :

    "Ne vous en déplaise, Blaise (bibliothèque et divertissement)" : Je sens qu’on va atteindre les sommets de la pensée.

    "Un peu d’Etat, tout de même, 2 (à propos de la disparition de la DLL – suite de Un peu d’Etat, tout de même)" : En tant qu’émule de Bakounine…

    "Faut-il une fonction tribunicienne ? (à propos d’un éditorial d’Anne-marie Bertrand)" : Ce n’est pas une question à poser à Aimable ! A ce propos, l’un de vos concurrents, teneur de blog, a signalé cet éditorial et apporté son "modeste"(*) commentaire. J’ai répondu en soulignant que sa réaction émasculait l’indignation d’AMB ; et de me livrer à une petite explication de texte, histoire de rétablir la vérité. Cet imbécile, qui aime être brossé dans le sens du poil, l’a censurée.
    (*) Comme on dit en pensant exactement le contraire.

    "La bibliothèque dans les nuages… et ailleurs (préfiguré ici)" : Désolé, je n’ai pas eu le courage de vous lire.

    "Google et les pirates (de l’utilité du crime selon Emile Durkheim)" : C’est pas vrai ! Vous lisez autre chose que des missels du management et des manuels d’informatique !

    "L’intercommunalité et la lecture publique, de l’insignifiance à un peu mieux" : Quant à moi, je m’arrêterais à "de l’insignifiance" (mais je ne juge qu’en fonction de mon expérience).

    "Libraires vs. bibliothécaires" : Je traduis : Le grand capital vs ses fossoyeurs.

    "Google et nous (reprise de mon intervention de 2008)" : Je ne vois pas le rapport.

    "Éloge de la narration" : Elliptique.

    "A propos de l’enquête sur les pratiques culturelles des Français" : Il fallait s’y attendre.

    "A quoi renoncer ? (feuilleton)" : Je n’ose pas vous le dire.

    "Les fonds flottants" : j’opterais plutôt pour la "pensée flottante".

    "Trop de livres dans les bibliothèques ?" : Que voulez-vous y mettre ? Des jeux vidéos, peut-être ? (Ne riez pas : des collègues (pas des lecteurs de Durkheim, si vous voulez mon avis), organisés en lobby, font actuellement de la propagande pour l’introduction de jeux vidéos en bibliothèque.)

    "Bibliothèques et marché" : Ne marchez pas sur mes plates-bandes, svp !

    "Le public au coeur, qu’est-ce à dire ?" : Ah merde ! Encore du Poissenot !

    Non non, ne me remerciez pas.

    Aimable.

  3. Bambou a dit

    Je pioche :
    - "A propos de l’enquête dur les Pratiques culturelles des Français" : un petit tour sur Bambou pour te donner de l’énergie ?
    - “L’intercommunalité et la lecture publique, de l’insignifiance à un peu mieux” : pour nous, à la MIOP, c’est plutôt ++ mieux (cf sur Bambou : "la réservation à distance à la MIOP", les ateliers web réseau, le symposium Koha et de beaux projets attendus en 2010)
    Bonne année à toi, Dominique

    • Tant mieux s’il y a du plus plus (on peut vous envoyer des gens en stage ?), bonne année et longue vie à la MIOP (nom quand même plus mystérieux que Bambou)

      • Bambou a dit

        Bien volontiers pour l’envoi de tes collègues en stage. Nous sommes particulièrement rodés sur ce point…
        Et pour le symposium Koha, tu ne te laisses pas tenter ?
        Jérôme

  4. Qui se souvient de 1991 et de François Fetjö ("Où va le temps qui passe ?")… qui parlait d’Europe post Guerre Froide (http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/xxs_0294-1759_1992_num_35_1_2584_t1_0118_0000_4)… En l’occurence, ce n’est pas le livre espéré par l’auteur de la notice mais les faits qui sont advenus.

    A cette heure où nous vivons (encore) sous le règne des intérêts composés – je vous fais grâce de la formule mathématique, il suffit de dire que le temps est en puissance- et où Chine (eh oui, Dominique !) et USA s’écharpent sur Google, la liste ci-dessus ne manque ni de sel ni de poivre (comme nos cheveux, d’ailleurs). A nous d’en faire plus qu’une liste de Schindler.
    Prendre le temps d’écrire (donc de lire et de parler avant, pendant et après) reste une des très belles libertés humaines. C’est le point virgule d’une période. A prendre, user et abuser !
    Point d’écrit-vain…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 44 followers

%d bloggers like this: