DLog (supplt à www.lahary.fr/pro)

Blog professionnel de Dominique Lahary, bibliothécaire. Mes propos n'engagent que moi.

Archive for mars 2015

Les horaires des bibliothèques, quelle histoire !

Posted by Dominique Lahary sur 31 mars 2015

Voilà que les bibliothèques sont dans le débat public. Cela n’arrive pas tous les jours, comment ne pas s’en réjouir. C’est à propos des heures d’ouverture. C’est à dire d’une demande de plus de bibliothèques, de lieux bibliothèques. On n’en est plus à entendre « avec Internet il n’y a plus besoin de bibliothèque ». Cela se savoure. La pétition Ouvrons plus les bibliothèques en janvier 2014 (suivie de la contre-pétition Ouvrir mieux) et , en ce début de 2015, en rafale : dans la foulée des attentats de janvier, la tribune de Jérôme Guedj dans Marianne, l’intervention de Patrick Weil sur France Inter ; puis l’amendement Filippetti à la loi Macron, enfin la mission confiée par Fleur Pellerin à la sénatrice Sylvie Robert. Le dossier à été suffisamment documenté. Nous disposons de statistiques, d’études, de comptes rendus et de témoignages. Une chose est claire . Dans les bibliothèques publiques françaises (car la moyenne d’ouverture en bibliothèque universitaire est de 60 heures), à effectif égal, malgré de louables avancées ici et là, les heures d’ouverture sont à la fois insuffisantes et peu adaptées.

Certes, il faut se défier des moyennes qui surévaluent la place des équipements en petites communes, très nombreux en France. Certes, l’adaptation ne veut pas dire uniformité des solutions quelle que soit la taille et l’environnement humain de l’établissement (midis, soirs, dimanche). Certes, il est légitime que pour les plages horaires spécifiques de justes compensations soient négociées. Mais tout ceci ne condamne pas à l’immobilisme.

J’ai déjà publié deux billets de blog sur cette question : le 11 novembre 2008 sous le titre Une bibliothèque doit être ouverte ou fermée et le 25 février 2014 sous le titre Communiquer sur les bibliothèques…ouvertes, Ayant eu récemment l’occasion pour une intervention de refaire le tour de la question, je ne développerai ici que deux idées présentées dans mon diaporama.

Le temps, c’est un service. anticafeL’ouverture c’est la condition d’accès aux services et, hormis le service du prêt pour ceux dont les disponibilités sont flexibles ou routinières, aucune plage n’est remplaçable par une autre, n’est déplaçable. Mais l’ouverture est aussi un service en soi. Elle donne la possibilité de rester, de revenir. Elle est la condition première des usages sur place, si divers au point que nous ne les connaissons ou ne les comprenons pas tous. J’ai compris cela en tombant par hasard, dans une rue de Paris, sur l’anticafé, un café où on ne paie pas les consommations, mais le temps passé. Le temps, c’est le service.

L’ouverture ne doit pas être la variable d´ajustement. Si on ne peut ouvrir plus que si l’ensemble des autres activités sont pleinement assurées, c’est que les horaires d’ouverture sont LA variable d’ajustement. La qualité à 100% au détriment de l’ouverture n’est pas la qualité du service public mais la surqualité contre le public.

A lire :

Et aussi deux rapports de l’inspection générale des bibliothèques (références ajoutées le 3 mai 2015) :

Publicités

Posted in 0-Blog, Bibliothèques, Horaires d'ouverture | Leave a Comment »

Votons !

Posted by Dominique Lahary sur 20 mars 2015

Les élections locales sont des élections… locales !  écrivais-je sur ce blog  en janvier 2008. C’est le moment de le réaffirmer. France des départementsNon par naïveté : bien sûr que des enjeux nationaux voire internationaux dont présents dans bien des esprits. Mais par l’article pris politique. Les politiques publiques locales de sont pas inférieures en noblesse eux politiques nationales. Si l’on veut que les citoyens se les approprient et choisissent en connaissance de cause, il appartient à ceux qui sont en situation de faire de la pédagogie. Certes le millefeuille territorial, par sa complexité et son enchevêtrement,  brouille fatalement les cartes. Mais est-il indispensable d’en rajouter ? Je déteste ajouter ma voix aux vociférations contre les médias  mais tout de même, voilà quelques semaines qu’on lit et entends partout que les électeurs sont appelés à élire les 22 et 29 mars prochains des conseillers départementaux dont on ne connaît pas encore les compétences. C’est tout simplement faux. Certes, le gouvernement annonçait il y a un an la fin des départements à horizon 2020 puis le début de sa dévitalisation avec le projet de loi NOTRe actuellement en discussion dans les chambres. Mais il ne faut pas être grand clerc (je ne prétends pas l’être) pour avoir compris dès décembre que les départements n’étaient plus en voie de disparition, sauf ceux de la première couronne d’Île-de-France promis à rejoindre Paris métropole. Et dès la mi janvier, avec la fin de la première lecture du projet de loi NOTRe au Sénat, que jà dévitalisation des départements avait fait long feu et que ceux-ci conservaient les collèges. On sait aujourd’hui avec la fin de la première lecture à l’Assemblée nationale qu’ils conservent également l’essentiel des routes et ne perdent que le transport scolaire. Il n’était donc pas indispensable de se dispenser d’une pédagogie claire sur les compétences départementales, désormais mieux délimitée avec la fin de la clause de compétence générale, propre à éclairer les citoyens et à pousser les équipes de campagne à traiter du sujet[1]. Ces compétences ne couvrent pas tous les aspects de la vie des populations – l’action territoriale économique à en  particulier été réservée aux régions – mais ce n’est tout de même pas rien :

  • l’action sociale, excusez du peu, avec en particulier l’aide sociale à l’enfance, le RMI, le handicap, les personnes âgées ;
  • les collèges, excusez du peu, leur construction, leur entretien, la gestion du personnel non enseignant ;
  • d’une bonne partie des routes, excusez du peu ;
  • l’aide aux communes, qui assure une solidarité territoriale, excusez du peu ;
  • enfin ce qui est généralement oublié, le schéma d’enseignement artistique, les archives départementales… et les bibliothèques départementales !

et j’en passe et j’en passe. La loi du 27 janvier 2014 désigne le département comme « chef de file » en matière d’aide sociale, d’autonomie des personnes et de solidarité des territoires. Voilà des enjeux essentiels, sur la base desquels les candidats se présentent, ou devraient se présenter. La politique locale n’a rien d’inférieur, de subalterne. L’organisation des la vie collective devient illisible si on ne place pas clairement, en regard de chaque élection, les enjeux réels, et non fantasmé. On ne voit hélas que trop à qui profite le brouillage des pistes.

[1] Il est à souhaiter que la presse régionale et locale, au moins elle , se soit un peu plus mobilisée sur les compétences départementales. Je peux en témoigner pour Paris-Normandie, qui a publié un feuilleton sur ce sujet en présentant le programme des différentes formations politiques sur chacune pour l’Eure et la Seine-Maritime.

Post scriptum du 31 mars. Au lendemain du second tour, je constate hélas que la question des compétences départementales est pratiquement passée à la trappe dans les médias, les commentaires de nombre de dirigeants politiques nationaux et, pour une bonne part, dans la campagne électorale elle-même. Il n’y aura de démocratie locale que quand les citoyens seront éclairés par ceux dont c’est la mission sur les enjeux locaux. Ce qui ne dépolitisera pas ceux-ci, bien au contraire !

Posted in 0-Blog, Politiques publiques | 1 Comment »