DLog (supplt à www.lahary.fr/pro)

Blog professionnel de Dominique Lahary, bibliothécaire. Mes propos n'engagent que moi.

Cher Bertrand

Posted by Dominique Lahary sur 15 mars 2016

(Bertrand Calenge est décédé le 3 janvier 2016)

Cher Bertrand
Impossible pour toi de disparaître. Tu ne disparais pas, tu es là. Tu seras toujours là tant que nous vivrons.
Car tu étais là, toujours, non parce que tu te serais mis en avant, mais par le travail que tu fournissais au service de tous, au service du service public.
Quel bosseur ! Pas tâcheron, non, pas besogneux, non, mais chercheur, défricheur, collecteur, amasseur, puis analyste, synthétiseur, problématiseur, éclaireur.
On t’a écouté, on t’a lu, si on a eu cette chance on t’a fréquenté, discuté avec toi, connu ton humour et ta gentillesse. On a admiré tes photos, cette part personnelle que tu as bien voulu rendre publique.
Elles vont rester, tes photos. Et vont rester tes écrits : tes bouquins (une sacré pile !), tes articles, tes billets.
Tu étais un pro, Bertrand. Un vrai pro. Et tu nous aidais à nous professionnaliser. A asseoir notre activité sur des bases solides, référencées, pensées, structurées. Tu étais un formateur, par ton activité directe quand si souvent tu assumas des responsabilités dans ce domaine, et toujours par tes paroles et tes écrits.
La poldoc bien sûr fut ta grande cause, contrariant bien à propos la légèreté avec laquelle nous fûmes tant, si longtemps, à acquérir et éliminer. Mais ton dernier bouquin tu l’as consacré au dépassement de cette perspective, en prenant à bras le corps une question trop évoquée sans être approfondie : « les bibliothèques et la médiation des connaissances ».
Contribuer à la médiation des connaissances : si tel est le rôle des bibliothécaires, Bertrand, tu l’as bien rempli à notre profit dans toutes les questions que tu as, non pas abordées, ce qui serait superficiel, mais travaillées. Au fond, Bertrand, tu fus notre bibliothécaire. Et tu le restes.

J’ai écrit ce texte dans les jours qui ont suivi ta disparition. Avant tes obsèques si dignes, où tant de gens se sont retrouvés dans cette espèce de grande chapelle républicaine où trônait la formule de Tacite « Le vrai tombeau des morts est le coeur des vivants ».

Impossible de me rappeler la première fois que je t’ai vu, que je t’ai lu.

Arrivé en 1992 dans les bibliothèques départementales alors qu’il les avait quittées, je n’ai pas contrairement à Alain Caraco connu directement ton activité dans ce domaine mais j’ai ou en apprécier les fruits, ai compris en quoi tu étais précurseur.

Nous nous sommes souvent vus dans des congrès et journées d’étude. Tu m’as fait venir pour des cours à l’IFB (Institut de formation des bibliothécaires) que tu dirigeas à Villeurbanne.

C’est toi qui, rédacteur en chef du BBF, m’a permis d’y publier mon premier article de fond, en l’an 2000

Et tu m’a commandé un chapitre de l’ouvrage collectif que tu dirigeas au Cercle de la librairie sous le titre Bibliothécaire, quel métier ? paru en 2004

La dernière fois que nous nous sommes vus c’était le 31 mars 2015 , à ton initiative : tu ‘avais choisi parmi les deux interlocuteurs que devaient échanger avec toi sur ton dernier livre au Cercle : Les bibliothécaires et la médiation de la connaissance  .

Je n’ai alors pas compris quel sens véritable avait alors ce mot : « dernier ».

Notre dernière conversation fut téléphonique. C’était à mon initiative cette fois-ci, je voulais prendre de tes nouvelles. « Tu m’appelles au sujet de mon billet ? » m’as-tu demandé. « Quel billet ? » ai-je répondu. C’était le 11 décembre 2015, jour de parution de l’ultime billet de ton Carnet de notes en ligne, où tu annonçais ta retraite professionnelle. Je ne l’avais pas encore vu.

C’est par la messagerie de Facebook que j’ai appris ton départ définitif : une collègue m’invitait à me connecter sur ton compte. Y figurait le message que tu avais préparé à l’avance pour nous dire adieu.

Message d'adieu de Bertrand Calenge sur FacebookAu-delà de tous les contenus que tu as rassemblés et élaborés, car tu ne reculais pas devant la besogne, il me semble que ton apport principal aura été d’inciter au recul, c’est-à-dire au professionnalisme. En témoignent très bien ces intertitres du sous-chapitre « Une culture de l’évaluation pour une action bibliothéconomique » de ton volume Conduire une politique documentaire paru au Cercle en 1999  : « la distanciation, la négociation, l’objectivation, l’action, l’intégration ».

Croisant nos terrains privilégiés respectifs, tu m’as dit clairement et mot-à-mot lors d’une conversation privé (je ne sache pas que tu n’aies jamais publié par écrit cette sentence mais je me permets de la mettre ici dans ta bouche) :

« La politique documentaire est une politique publique ! ».

Dans ton dernier livre, tu as tenu à éclairer un proche avenir dont savais sans doute que tu ne le connaîtrais pas personnellement. Il débute exceptionnellement par une introduction que tu qualifies de « très personnelle », où tu le replace dans ton parcours intellectuel. Sept pages plus loin, on lit ceci : « c’est en questionnant la singularité de ce métier de bibliothécaire, toujours en redéfinition ou en perpétuelle recherche de définition, que j’en appelle à l’engagement professionnel collectif pour accompagner les citoyens dans leur souci de connaissance, fût-ce par des moyens parfois bien différents de la mise à disposition de documents, mais toujours avec la même attention compréhensive, et toujours avec a même exigence intellectuelle critique. »

———————————

Ton dernier billet, 11 décembre 2015 : Permanence bibliothécaire

Ta dernière interview, 12 novembre 2015, sur Bambou, le blog de la médiathèque intercommunale Ouest Provence

Une partie de tes photos :

Ton œuvre écrite :

Et aussi le site Poldoc dont tu fus l’inspirateur

L’article sur toi dans Wikipedia

Les articles, communiqués et billets te rendant hommage :

… en attendant des pages annoncées dans le Bulletin des bibliothèques de France et dans Bibliothèque(s)

 

6 Réponses to “Cher Bertrand”

  1. Souchu said

    Merci, cher Dominique, pour ces rappels… et un grand bonjour à toi !
    Philippe Souchu

  2. Anonyme said

    Merci Dominique pour cet hommage.
    Lorsque j’ai lu le dernier billet de Bertrand, je partais en vacances. Je pensais lui écrire un petit mot à mon retour pour lui souhaiter une belle retraite comme une belle année. A mon retour il n’était plus là…
    Catherine Picard

  3. B.B. said

    Encore une perte terrible de ce début d’année, peut-être celle qui nous touche le plus. Quelle amère surprise lorsque je reçus ce message d’un ami : « Bertrand Calenge est décédé »… Si au moins il avait pu mourir de sa bonne mort… Mais c’est ainsi, et pas autrement. Il restera longtemps dans nos mémoires, et son « Bibliothécaire, quel métier ? » sur ma table de chevet.
    Merci pour ce digne hommage, M. Lahary.

  4. […] Hommage de Dominique Lahary à Bertrand Calenge. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

«
 
%d blogueurs aiment cette page :