DLog (supplt à www.lahary.fr/pro)

Blog professionnel de Dominique Lahary, bibliothécaire. Mes propos n'engagent que moi.

Archive for août 2018

Les bibliothèques dans la recomposition territoriale, 3 : Du bon usage des fusions intercommunales

Posted by Dominique Lahary sur 29 août 2018

La France intercommunale est en train de digérer les fusions que les lois NOTRe du 7 août 2015 lui a imposées depuis de 1er janvier 2017. Dans l’unité urbaine de Paris, la loi MATPAM du 27 janvier 2014 avait même fixé le délai un an plus tôt. « Repérimétrages » serait un terme plus exact car si le cas le plus courant a été la fusion entre intercommunalités, il en est qui ont été démantelées. Il y a même de rares cas de périmètres qui ont légèrement rétréci.

Un exemple parmi d’autres : dans l’Eure on est passé au 1er janvier 2017 de 33 à 14 EPCI

Un choc plus ou moins brutal

Précédée de deux ans d’élaboration des schémas départementaux de coopération intercommunale (SDCI) sous la houlette des préfets, chargés d’établir le projet initial, cette nouvelle carte a pu être partiellement amendées par les propositions des élus locaux pour autant qu’ils trouvaient un accord entre eux.

Mais la pression a été forte de la part des Préfets, avec un zèle inégal selon les départements, pour pousser à des regroupements allant bien au-delà du seuil démographique de 15 000 habitants (hors zones peu denses et de montagne) ou de 200 000 dans l’unité urbaine de Paris.

C’est un nouveau changement d’échelle auquel il a été procédé, venant selon les cas après un, deux voire trois repérimétrages précédents (déjà la loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 portant réforme des collectivités territoriales avait prescrit l’achèvement de la carte intercommunale et une réduction du nombre d’EPCI).

Il existe certes des cas où le choc est peu ressenti, en tout cas du centre. C’est en particulier le cas des communautés d’agglomérations ou des métropoles qui ont gagné au pourtour un certain nombre de communes dans leur pourtour. L’impression n’est évidemment pas la même depuis ces dernières : se retrouver à la frange d’une grosse collectivité ne va pas de soi.

Mais bien souvent se sont retrouvées dans la même marmite des communautés qui vivaient leur vie indépendamment l’une de l’autre ou en tout cas différemment et dont les communes membres sont désormais contraintes d’agir ensemble. A cela s’ajoute l’effet de taille, en termes de poids démographique ou de distances, ces dernières pouvant être importantes en zone rurale.

Dans un premier temps, il est logique que les élus et cadres dirigeants soient accaparés par la mise en place de la nouvelle structure, d’autant que celle-ci occasionne une redistribution des pouvoirs et souvent la concentration de ceux-ci. C’est une période qui n’est pas la plus propice à l’élaboration de projets.

Dans un tel contexte, que devient la coopération intercommunale en matière de bibliothèque ? J’ai, durant les deux années préparatoires au repérimétrage, projeté dans un certain nombre de journées d’étude et de formation un Guide de survie auquel je donne accès ici. Il s’agissait alors de ne pas casser ce qui préexistait même si ce n’était que dans une partie du nouveau territoire et de prendre le temps de construire de nouveaux équilibres.

Il y a eu un peu de casse ici et là durant cette période. Des élus ont cru bon de renvoyer aux communes des bibliothèques intercommunales, voire de briser des réseaux qui fonctionnaient. Mais nous voilà bientôt à la phase suivante. Que faire désormais ?

Le cadre intercommunal demeure extrêmement souple

Les modifications de périmètres intercommunaux n’ont en rien changé le cadre dans lequel peut s’exercer une coopération intercommunale et matière de bibliothèque. Les résultats de l’enquête lancée par l’ABF en montre la diversité (voir la restitution écrite et l’infographie).

La compétence relative à la création et à la question d’équipements culturels peut concerner, si le conseil communautaire en décide, tout ou partie des bibliothèques du territoire. La mise en réseau informatique des bibliothèques, qu’il est raisonnable d’associer à leur transfert à l’EPCI, ne lui est pas indissolublement liée : on connaît bien des réseaux de bibliothèques municipales ou de réseaux mixtes associations des établissements intercommunaux et communaux.

Quant aux autres domaines de coopération comme l’action culturelle au sein ou à partir des bibliothèques, elles peuvent librement s’organiser sans qu’il soit obligatoire de le mentionner dans les statuts de l’EPCI.

En définitive, la sagesse comme le sens de l’intérêt public commandent de considérer quels services aux populations les représentants des communes membres conviennent de garantir voire d’étendre ensemble ; puis quels moyens matériels et humains ils se donnent pour les gérer de la façon la plus vertueuse possible. Pour ce faire, l’intercommunalité fournit un cadre d’exercice de la liberté de choix des acteurs et non un carcan imposant tel ou tel modèle.

L’idée selon laquelle l’égalité de traitement imposerait d’uniformiser immédiatement les solutions dans tout le périmètre intercommunal, fût-ce au prix de la destruction des acquis préexistant au repérimétrage, se heurte à d’innombrables démentis à travers pays. Ceux qui la professent, même s’ils appartiennent à un service préfectoral, devraient comprendre que ce type analyse n’a pour conséquence que de briser des dynamiques qui au bout du compte sont susceptible d’installer cette égalité de traitement sur des bases solides en lui donnant un autre contenu que le néant.

Quelques cas types

Simplifions pour comprendre en distinguant quelques cas de figure radicalement différents que j’énumère sans prétendre bien sûr à aucune exhaustivité.

Pour simplifier j’ai privilégié dans les deux premiers cas une configuration avec un centre alors que la configuration polycentrique n’est pas rare ; elle présente d’ailleurs à la fois des avantages et des inconvénients.

Je n’ai envisagé que le cas des fusions d’EPCI alors qu’il y a eu aussi des cas de dissolution d’EPCI dont les communes se sont retrouvées dans des unités différentes, perdant ainsi toutes leurs compétences,

Centre fort : que devient la périphérie ?

Soit une agglomération (de la grande métropole régionale au bourg le raisonnement est le même) où la coopération est déjà bien développée. La totalité ou une grande partie des bibliothèques sont en réseau informatique, qu’il y ait eu ou non des transferts d’équipement à l’EPCI. La population bénéficie d’une carte unique, peut emprunter et rendre n’importe où, faire venir de tout le réseau dans le lieu de leur choix. Le tout mis en œuvre par des équipes constituées intégralement de salariés. Et voilà que dans le nouveau périmètre intercommunal surgissent des communes rurales qui avaient déjà  organisé entre elles – ou non – une coopération entre leurs bibliothèques entièrement ou majoritairement gérées par des bénévoles.

Ou bien, vu de l’autre côté : Soient des communes rurales qui avaient déjà organisé entre elles – ou non – une coopération entre leurs bibliothèques entièrement ou majoritairement gérées par des bénévoles.. Et voilà que dans le nouveau périmètre intercommunal surgit une agglomération où la coopération est déjà bien développée, etc.

Le centre se demande que faire de ces nouveaux arrivants. La périphérie balance entre deux appréhensions : « ils vont vouloir nous régenter », « ils vont nous abandonner ». C’est que nous avons là deux mondes qui ne se parlaient pas, qui s’ignoraient mutuellement, le centre ne se référant professionnellement qu’à lui-même, la périphérie s’abreuvant en documents et méthodes auprès de la bibliothèque départementale.

Face à un tel choc de cultures, le temps est le meilleur des alliés et l’apprivoisement réciproque, qu’on sait progressif depuis Saint-Exupéry, une méthode indispensable. Ce qui nécessite de se visiter et de se parler, entre élus, entre cadres dirigeants, entre salariés et bénévoles des bibliothèques, en respectant une égalité de statut entre les interlocuteurs.

On se gardera d’un côté d’impressionner la brousse avec un diaporama bétonné, de l’autre de surjouer la spécificité rurale sans fournir des signes permettant de reconnaître ce qui est commun dans les buts poursuivis, au service des populations.

Centre faible et périphérie avancée

Soit une agglomération où la coopération intercommunale en matière de bibliothèques est au point mort. La ville centre fonctionne sur elle-même, les communes alentours font de même. Mais plus loin des coopérations se sont construites entre communes rurales.

L’arrivée dans le même périmètre intercommunal de cette agglomération sans passé de coopération inquiète voire accable ces acteurs coalisés de la lecture publique rurale : pourvu qu’on ne plombe pas notre dynamisme.

Ou vu de l’autre côté : l’arrivée dans le même le périmètre intercommunal de commune rurales ayant développé leur réseau inquiète les acteurs divisés je la lecture publique urbaine et péri-urbaine : « pourvu qu’on ne bouscule pas nos habitudes » ; ou bien encore : « comment pourrions-nous donc nous raccrocher à cette dynamique alors que notre contexte est si différent ? »

Voilà une situation qui réclame de la part du centre urbain une humilité propre à reconnaître la dynamique existante au pourtour. Et de la part de ce dernier une confiance dans sa propre dynamique de nature à ne rien freiner tour en se tenant prêt à participer à une entreprise plus vaste.

Historiques différents apparemment peu compatibles

Soient des territoires ayant chacun entrepris des démarches différentes. Ici on a transféré toutes les bibliothèques à l’EPCI. Là on a mis toutes les bibliothèques en réseau, ou bien encore une partie, sans les transférer à l’EPCI, ou bien seulement une seule, ou quelques-unes. Là-bas on a simplement entrepris une coordination de quelques actions culturelles. Ailleurs encore rien n’a encore été réalisé ni même imaginé en matière de coopération intercommunale.

Tantôt la démarche si elle existe a déjà plus de 10 ans et est bien installée. Tantôt elle est récente,  entamée seulement au cours du mandat actuel et est encore fragile.

Dans un tel contexte, il est vain de vouloir tout rassembler d’un seul coup. La poursuite de chaque dynamique propre ne doit pas empêcher que se construisent dans le temps des coopérations à la nouvelle échelle intercommunale.

Périmètre sans acquis coopératif

Soit enfin un nouveau périmètre intercommunal où rien, absolument rien n’a jusqu’ici été entrepris n’ai même tenté en matière de lecture publique intercommunale. Cela existe.

Ce terrain vierge est d’une certaine façon une facilité, même s’il révèle une absence de dynamique coopérative et des habitudes locales bien ancrées. Pourvu que du côté des élus, des cadres dirigeants ou des personnels de bibliothèque se fasse jour une vision de la consolidation et de l’extension des services aux populations par la coopération, tout est ouvert. Passées les affres de la mise en place de la nouvelle structure intercommunale, la voie est libre pour une démarche globale inaugurée par un état des lieux puis l’élaboration de scénarios précédent les décisions au besoin échelonnées.

Freins et leviers

L’évocation de ces quelques configurations met en évidence des freins récurrents, notamment :

  • l’incompréhension entre contextes différents (rural/urbain, centre/périphérie, modes différents de coopération intercommunale) ;
  • le complexe d’infériorité du « petit » face au « gros » et de supériorité du « gros » face au « petit » ;
  • la difficulté à se mettre d’accord sur des conditions financières de partage ou de péréquation financière ou sur un tarif d’inscription.

Ces freins se rencontrent tantôt chez les élus, tantôt chez les cadres dirigeants territoriaux, tantôt chez les personnels salariés et bénévoles des bibliothèques, au pire chez les trois à la fois.

Il faut d’abord se dire que ces réactions sont courantes, normales, explicables pour ne pas dire inévitables. Il n’y a donc a priori rien d’inquiétant à ce qu’elles se produisent. Elles sont comme un passage obligé.

Il est possible de les dépasser s’il y a suffisamment d’acteurs, aux trois niveaux que je viens de citer, s’efforçant de ne pas commettre des erreurs de nature à les alimenter voire les aggraver. Et surtout prêts à les dépasser pour prendre la hauteur nécessaire en proposant une démarche et des projets.

Identifier les seuils

Comment poursuivre, comment aller plus loin, quels pas est-il raisonnable de franchir ? J’emprunte les considérations suivantes à Laurence Favreau que je remercie ici.

Il s’agirait d’apprécier quel est le bon moment pour engager une nouvelle étape dans les modes de gestion des bibliothèques ou l’organisation des services au public avec les meilleures chances de succès.

Ce peuvent être des considérations géographiques, l’attente d’une masse critique qui justifie par exemple qu’on puisse mettre en place une navette, ou augmenter sa fréquence et son gabarit.

Mais on peut aussi commencer par ce qui est immédiatement visible et peu coûteux, comme la mise en place d’une carte unique ou commune, dès l’instant que l’outil informatique est partagé.

En partant des services rendus on peut identifier des chemins de mise en place moins ardus que d’autres et des moments plus favorables de déclenchement de tel ou tel projet. Il vaut mieux éviter de s’épuiser à mettre un service en place si les conditions ne sont pas suffisamment réunies. On peut aussi « s’en garder sous le pied », préparer le terrain pour lancer le processus au bon moment.

Extrait d’un message transmis à la commission Bibliothèques en réseau de l’ABF.

Identifier des échelles maîtrisables

Les fusions ont souvent projeté les acteurs locaux dans une nouvelle échelle dans laquelle ils ont des difficultés à trouver leurs marques.

Deux réalités différentes, qui ne se cumulent pas partout, posent la question de l’échelle :  le nombre d’habitants (on devrait plutôt dire : de personnes évoluant dans le bassin de vie) et l’étendue géographique rapportée aux possibilités et pratiques réelles de transport.

La première soulève la question de la taille de l’organisation. Elle n’est pas forcément insurmontable mais la gestion directe d’un grand nombre de lieux et d’agents par une même administration pose des questions de gouvernance qu’il faut bien identifier. On les retrouve d’ailleurs dans un contexte purement municipal dans les plus grandes villes.

La seconde pose de réelles questions pratiques. Il n’est désormais pas rare que dans des EPCI à dominante rurale il faille compter jusqu’à 1h30 pour parcourir le territoire d’un bout à l’autre.

L’État central dispose d’une vieille méthode pour résoudre ce type de questions : la déconcentration. Elle gagne le milieu intercommunal et rien n’empêche de l’utiliser à bon escient, soit en se coulant dans un schéma général de déconcentration de l’EPCI, soit en procédant à une démarche propre aux bibliothèques ou à la culture en général.

Dans un domaine classique des réseaux de bibliothèque, celui de l’informatique, cela peut aller jusqu’à admettre la coexistence de plusieurs logiciels ou du moins de plusieurs bases de données, des solutions existant pour les interfacer. Il en va de même pour la logistique de transport des documents : plutôt que de tout faire tourner partout, il peut être pertinent de procéder par sous-zones de desserte, éventuellement interconnectées quand il le faut.

Finalement

Décidément, il n’y a pas de modèle pour la lecture publique intercommunale. L’enquête menée par l’ABF fin 2017 le rappelle, s’il en était besoin (je redonne ici le liens vers la restitution écrite et l’infographie qui en a été tirée).

Cela donne une grande liberté aux acteurs, dans la limite naturellement des moyens financiers.

Pragmatisme et progressivité, voilà pour la méthode. Étendre les services à la population en améliorant leur gestion, voilà pour les objectifs.

Les repérimétrages intercommunaux, en obligeant à remettre une pièce dans la machine, ont pu jeter le trouble dans des processus en cours et bousculer des acquis. Ils ne changent rien au contexte général ni à l’éventail des possibilités. S’ils multiplient l’hétérogène, ils ne l’ont pas créé : il existait déjà des situations composites.

Les obstacles peuvent être vaincus si tous les acteurs se convainquent que la coopération intercommunale est une chance pour la lecture publique : c’est un moyen de la pérenniser sur la base d’une gestion plus vertueuse. Le jeu en vaut bien la chandelle.

++++++

Billets précédents de la même série
(tous affichables avec cette requête)

La saison 3 : Les bibliothèques dans la recomposition territoriale (2018-…)

La saison 2 : Bibliothèques en territoires (2013-2015)

La saison 1 : Les bibliothèques et le millefeuille territorial (2008-2010)

Autres liens

Mes articles

Mes diaporamas

Une analyse

Publicités

Posted in Feuilleton, Intercommunalité, Territoires | Leave a Comment »

Halte au feu ! Retour sur une polémique indigne

Posted by Dominique Lahary sur 17 août 2018

Avoir un ennemi est important pour se définir une identité, mais aussi pour se confronter à un obstacle, mesurer son système de valeur et montrer sa bravoure. Par conséquent, au cas où il n’y aurait pas d’ennemi, il faut le construire.
Umberto Eco, Construire l’ennemi, Grasset, 2011

Additif du 16 octobre 2018.

Un blogueur estime que dans le présent billet je me complais à entretenir le flou sur le sens réel des textes de droit. Or j’entendais ici évoquer des pratiques polémiques et non aborder des points de droit.

Pour le reste j’ai fourni moi-même les liens vers les sources montrant qu’il ne saurait y avoir de délit de consultation habituelle et il ne me viendrait pas à l’idée de le contester.

Cet été est chaud, jusqu’à l’inattendu.

Dans la nuit du mardi au mercredi 27 juin 2018, la médiathèque John Lennon de La Courneuve brûlait sous les flammes causées par une voiture bélier lancée contre ses murs.

C’était la médiathèque de la cité des 4000. Il y en aura pour des mois pour la remettre en état et rouvrir un lieu si utile à la population de cette cité des 4000 où elle est implantée. La ville et l’agglomération Plaine commune ont organisé le 28 juin un rassemblement citoyen.

Cet article du Monde évoque la colère et l’incompréhension d’habitants, premières victimes de cet acte, et d’élus locaux.

Puis, dans la nuit du 4 au 5 juillet, c’est la bibliothèque associative du quarter Malakoff à Nantes qui a été incendiée dans le cadre des violences qui ont suivi le décès, évidemment plus dramatique, d’un jeune.

Bien sûr, il y eu des réactions de bibliothécaires, pour exprimer la solidarité avec l’équipe de ces bibliothèques, ce qui est bien le moins, et parfois, il est vrai, pour exprimer comme une plainte, alors qu’il est aussi permis d’essayer de comprendre comment ces actes très minoritaires peuvent se produire. On peut lire ou relire à cette occasion l’utile Pourquoi brûle-t-on les bibliothèques de Denis Merklen paru en 2013 aux Presses de l’Enssib. Et prendre des nouvelles de la médiathèque John Lennon de La Courneuve ou de la bibliothèque du quartier Malakoff de Nantes.

Mais voilà que le 9 juillet un retweet suivi d’un tweet évoquait cet épisode de façon singulière :

Je passe sur le 1er (figurant en bas) qui reproduit un extrait de ce billet portant sur le traitement médiatique des événements de Nantes. Ce qui m’intéresse ici (façon de parler) est le second, en haut.

D’où vient donc cette hypothèse et de quoi donc parle cet analyste dont on est en droit de penser qu’il s’est livré à une enquête de terrain ?

D’autres tweets ou statuts de Facebook avaient fleuri depuis le 31 mai, venant de quelques personnes qu’il faut apparemment féliciter : nous assisterions au combat valeureux de blancs chevaliers défenseurs des libertés numériques contre d’abominables auxiliaires de la police. Par exemple:

Mais qui sont donc ces bibliothécaires félons contre lesquels la foule des followers est invitée de s’indigner, ce que certains font derechef ?

Quand l’un d’eux demande de quoi il s’agit on le renvoie vers un texte intitulé Voulons-nous des bibliothèques sous surveillance en France ? dont la première publication a été faite dans le forum Agorabib mis en place et géré par l’Association des bibliothécaires de France (ABF).

Fort bien, mais il s’agit ici d’un commentaire, d’une interprétation.

Où est le texte source ?

Le voici : http://www.abf.asso.fr/fichiers/file/ABF/prises_position/bib92-93p150-153.pdf

Tâchons d’y débusquer cet appel à la surveillance des usagers que dénonce courageusement notre escadrille.

Mais d’abord, le contexte éditorial. Il s’agit de deux articles parus dans les derniers jours du mois de mai 2018 dans le n° 92-93 de la revue Bibliothèque(s) de l’ABF. Ils prennent place dans une rubrique intitulée Le débat, qui n’existait pas auparavant mais dont l’introduction ne fait pas l’objet d’un texte de présentation. Je l’ai découvert pour ma part à la parution, ou plutôt, puisque j’étais encore pour quelques jours en voyage loin de ma boîte aux lettres, par les réactions sur les réseaux sociaux et sur le web qui ont pu me parvenir par messagerie.

Deux articles donc, différents, c’est semble-t-il le principe d’une telle rubrique, mais portant tous deux d’une part sur la question des recherches sur internet en bibliothèque mais aussi, de façon inextricablement liée, sur le sens de l’engagement que peuvent revendiquer des bibliothécaires.

Le premier, intitulé Devenir bibliothécaire, devenir militante, expose le refus de la surveillance des connexions et promeut une vision militante du métier de bibliothécaire.

C’est du second, intitulé Militant de la liberté ou sentinelle du pacte républicain ?, qu’il sera question ici.

Car il a dès parution fait immédiatement l’objet de ce texte à charge, Voulons-nous des bibliothèques sous surveillance en France ? dans le forum Agorabib, suivi de 7 pages de commentaires apparus entre le 30 mai et le 15 juin et d’un certain nombre d’allusions directes ou indirectes sur les réseaux sociaux et quelques blogs.

Ce texte, signé par cinq personnes se présentant comme membres de l’ABF, constitue sur la base d’une interprétation du texte original une condamnation vigoureuse particulièrement personnalisée, puisque le nom de l’auteur y est mentionné à pas moins de douze reprises. Nous appellerons ici cet auteur « Chrysostome ».

Où sont donc les appels à surveiller les usagers dans son texte ?

C’est très simple : on ne les trouve pas. Jamais, à aucun moment, il n’exprime l’idée que les personnels des bibliothèques doivent prendre l’initiative de surveiller les connexions des personnes se trouvant dans les locaux d’une bibliothèque.

Il suffit de lire son article pour s’en rendre compte.

Ce qu’il évoque ce sont des faits (« la possibilité d’une utilisation dévoyée des espaces publics que peuvent être les bibliothèques… ») qui l’amène à poser des questions « … qui nous ramènerai[en]t alors à un questionnement sur notre position – et notre devoir- de fonctionnaire ».

Quand il mentionne « les éventuelles informations que des bibliothécaires seraient susceptibles de communiquer dans le cadre d’un soupçon de radicalisation de certains usagers compte tenu, par exemple, de sites consultés dans les bibliothèques »,  il parle de faits qui viennent à la connaissance de membres du personnel, non d’un dispositif organisé de surveillance émanant d’un ordre hiérarchique interne. Même chose quand il évoque « toute la difficulté et le malaise des professionnels que nous sommes face à des informations dont nous pourrions disposer et dont nous ne savons que faire ». Disposer n’est pas aller chercher.

Ce qu’il exprime, c’est un éventuel conflit de valeurs, question bien connue et que des codes d’éthique mentionnent, par exemple celui de l’European Council of information association (ECIA, 1999)  : « on rencontrera des moment ou des circonstances où mêmes des principes éthiques bien fondés entrent en conflit ». Il ouvre ici la discussion sans trancher. Ce conflit ne porte pas sur d’éventuelles procédures délibérées de surveillances (nulle part mentionnées par Chrysostome) mais sur le fait de communiquer ou non des faits parvenus à la connaissance du personnel sans qu’il ait eu à les rechercher.

Ce faisant, Chrysostome procède à un déplacement de point de vue, à une parallaxe, démarche qui, sur les plans scientifique, politique, éthique, professionnel, est si essentielle qu’elle est au fondement même des démarches intellectuelles qui tiennent compte de la complexité du réel et pratiquent le croisement des points de vue. Un tel cheminement peut d’ailleurs, rien ne s’y oppose, aboutir à revenir à un point de départ tel que celui exprimé dans le texte Devenir bibliothécaire, devenir militante. Mais il serait alors renforcé, approfondi par le lessivage de la contradiction.

En tout état de cause, le texte de Chrysostome ne conclut pas, se terminant sur l’expression de doutes, sur des questions non résolues. Ce qui est une invitation à poursuivre la discussion. En ce sens, l’économie de ce texte est bien différente de celle du premier qui exprime une position ferme et définitive, ce que je ne critique pas tant qu’il apporte des éléments solides à la réflexion, ce qui est le cas. Il faut en quelque sorte de tout cela pour que se développe un débat fécond. Mais je me souviendrai toute ma vie de ces mots prononcés un jour à la radio par la regrettée France Quéré, alors membre du comité consultatif national d’éthique, à propos d’un sujet très difficile qui avait fait l’objet d’un long débat entre les membres de cette instance : « Il y a pu y avoir accord entre nous parce qu’il y avait désaccord en chacun ».

Comment donc nos analystes s’y sont-ils pris pour faire dire à Chrysostome ce qu’il n’a pas dit et que rien n’indique qu’il pense ? L’un d’eux s’en est vanté sur Facebook : « on a déconstruit le texte de [Chrysostome] ». Voyons cela de plus près.

Quand Chrysostome écrit « devons-nous pour autant ne pas interroger le monde dans lequel nous vivons et imaginer, par exemple, la possibilité d’une utilisation dévoyée des espaces publics que peuvent être les bibliothèques qui nous ramènerait alors à un questionnement sur notre position – et notre devoir- de fonctionnaire (voire même de citoyen) ? », les analystes évoquent la consultation habituelle de sites faisant l’apologie du terrorisme ou incitant à la haine introduit loi n°2016-731 du 3 juin 2016 à l’article 421-2-5-2 du code pénal (c’est moi qui précise), et sa censure par le conseil constitutionnel intervenue le 10 février 2017 (c’est toujours moi donne le lien en ajoutant ceux qui confirment que ce même délit a été réintroduit par la loi n°2017-258 du 28 février 2017 puis censuré à nouveau par le Conseil constitutionnel le 15 décembre 2017).

Fort bien, mais comment nos analystes en viennent-ils à écrire : « quel est le but poursuivi par [Chrysostome] en remettant ainsi frontalement en cause une décision du Conseil constitutionnel ? », ce qui revient sous une forme rhétoriquement interrogative à reformuler lourdement son article ? Précisément, par le glissement subreptice de l’interrogatif à l’affirmatif.

Quand Chrysostome écrit « La radicalisation violente n’est pas un délit. Et c’est là que réside toute la difficulté et le malaise des professionnels que nous sommes face à des informations dont nous pourrions disposer et dont nous ne savons que faire. Les militants de la liberté vous diront de regarder ailleurs, de ne surtout rien communiquer. A personne » nos analystes questionnent : « Lorsqu'[il] déplore que les bibliothécaires doivent « regarder ailleurs », appelle-t-[il] à demi-mots nos collègues à exercer une surveillance sur les sites consultés par les usagers, alors même que la loi ne leur impose nullement une telle obligation ? Si c’était le cas, [il] inciterait, non pas à respecter les devoirs des fonctionnaires, mais à les violer gravement, car le premier d’entre eux est le principe de légalité auxquels les agents administratifs sont strictement tenus. »

« A demi-mots »« Si c’était le cas »… Tout est là ! Si donc nos analystes ont un doute sur ce qu’a voulu dire Chrysostome, qu’ils lui demandent donc de préciser sa pensée. Mais ayant sorti l’artillerie lourde (« ce n’est pas uniquement la loi [que Chrysostome] a mise à mal dans sa tribune, mais directement la Constitution et la Déclaration des Droits de l’Homme ! ») ils ne risquent pas d’engager le dialogue. Ils ne le recherchent d’ailleurs pas. Ils extrapolent. Ils font dans la lecture « entre les lignes » et s’en vantent : « Ce n’est pas notre problème si vous avez des œillères ou si vous refusez de lire entre les lignes » écrit l’un d’eux dans les commentaires qui ont suivi sur Agorabib la publication du texte Voulons-nous des bibliothèques sous surveillance en France ?.

Nous en arrivons maintenant au cœur nucléaire du texte des analystes. Ceux-ci reproduisent le passage tronqué suivant de Chrysostome :

« Peut-être est-il temps d’ailleurs d’évoquer ce qui a généré ce débat au sein de notre association, à savoir les éventuelles informations que des bibliothécaires seraient susceptibles de communiquer dans le cadre d’un soupçon de radicalisation de certains usagers compte tenu, par exemple des sites consultés dans les bibliothèques […] La radicalisation violente n’est pas un délit. Et c’est là que réside toute la difficulté et le malaise des professionnels que nous sommes face à des informations dont nous pourrions disposer et dont nous ne savons que faire. Les militants de la liberté vous diront de regarder ailleurs de ne surtout rien communiquer. A personne. »

Et ils enchaînent : « C’est ce passage en particulier qui est extrêmement choquant et que nous voulons dénoncer. Nous pourrions le faire en soulignant l’incompatibilité de tels propos avec la Charte de l’UNESCO sur les bibliothèques ou encore avec la Déclaration de l’IFLA sur la vie privée dans le monde des bibliothèques. […] A vrai dire, il n’est même pas nécessaire d’en passer par là, car il suffit de s’en tenir au droit positif pour montrer à quel point les propos [de Chrysostome] sont inacceptables et n’ont absolument rien à voir avec une « position équilibrée » qu'[il] souhaiterait voir l’ABF adopter. »

Pourtant dans cette déclaration adoptée par le conseil d’administration de l’IFLA le 14 août 2015 figure la phrase suivante : « Même si l’accès des gouvernements aux données des utilisateurs et la surveillance des données ne peuvent être entièrement évités, les bibliothèques et les services d’information doivent s’assurer que l’intrusion des gouvernements en fait d’informations relatives aux usagers ou à leur communication est fondée sur des principes légitimes pour de telles pratiques, nécessaires et en rapport avec des fins légitimes (telles que par exemple décrites dans les Principes internationaux sur l’application des droits de l’homme à la surveillance des communications ».

Chrysostome s’exprime avec beaucoup de prudence, emploie le conditionnel, pose des questions sans y répondre. Le voilà cloué au pilori.

Pour la bonne bouche, observons ce bouquet final sous la plume de nos analystes :

« Malgré les deux censures du Conseil, il reste encore en France quelques rares responsables politiques, comme Eric Ciotti, qui demandent une modification de la Constitution pour réinstaurer le délit de consultation habituelle. Cette précision aidera à mieux situer le type de terreau idéologique susceptible d’inspirer les nostalgiques de ce délit… Doit-on comprendre [que Chrysostome] appelle l’ABF à adopter une telle « position équilibrée » en soutenant ces projets hautement marqués de révision de la Constitution ? Car c’est aujourd’hui la seule façon dans notre système juridique de revenir sur les deux décisions du Conseil… Ne nous y trompons donc pas : ce [que Chrysostome] présente comme des questions de déontologie professionnelle constituent en réalité des positionnements politiques qui s’avancent masqués. »

On voit le procédé. On cite nommément un homme politique qui milite pour la réintroduction de délit de consultation habituelle. On pose la question : « doit-on comprendre » que Chrysostome est sur cette même position ? On y répond soi-même (c’est tellement commode). Et on en déduit un positionnement politique « masqué » de Chrysostome. Cela rappelle ces perquisitions où l’on découvre des doses de came qu’on a préalablement caché.

dessin représentant le Conseil constitutionnel et la déclaration des droits de l'homme en gants de boxeMa conclusion est que tous les signataires du texte Voulons-nous des bibliothèques sous surveillance en France ? posté sur Agorabib, et certains d’entre eux par des messages répétés sur les réseaux sociaux, se fondent sur une interprétation tendancieuse de l’article de Chrysostome pour se livrer à une campagne de dénigrement individuel. Plusieurs ont nié l’attaque personnelle, l’un d’eux arguant du fait qu’il ne connaissait pas particulièrement Chrysostome. La belle affaire. On ne pointe pas ici le fait que serait réglé je ne sais quel règlement de compte personnel mais bien qu’une personne réelle et nommément désignée soit utilisée comme moyen rhétorique pour se fabriquer un ennemi : cette soit-disant « partie substantielle des bibliothécaires » censés être peu attachés aux droits de l’homme. Tiens, prends ça, tu paye pour les autres. Quels autres ? A vrai dire, on n’en sait rien.

Je conçois tout à fait que l’article de Chrysostome ne plaise pas et même choque. Il était dans la logique du débat imaginé par l’éditeur que des contradicteurs y répondent. L’intéressé aurait pu s’expliquer, approfondir et préciser sa réflexion, apporter des éléments nouveaux, comme tout un chacun aurait pu le faire. Et nous aurions eu un vrai débat qu’il n’est pas trop tard pour mener. Une partie des commentaires lisibles sur Agorabib participe d’ailleurs d’une telle discussion possible.

Mais nos analystes ont évidemment tué le débat en le lançant par une procédure accusatoire, en prononçant un anathème propre à décourager quiconque aurait l’outrecuidance d’émettre un doute, de poser une question, de prendre l’affaire par un autre bout. Ce qui n’a pas échappé à certains commentateurs d’Agorabib à qui je rends hommage.

J’aimerais à ce stade préciser deux points d’importance :

  1. J’ai entendu parler, pour qualifier les protestations contre la méthode de nos analystes, de corporatisme ou de solidarité de classe. Je me fiche bien ici que Chrysostome se trouve être directeur, ou même bibliothécaire. Un tel procédé aurait été utilisé dans une revue de personnel de santé, d’enseignants ou de buralistes qu’en ayant connaissance j’aurais éprouvé la même indignation. Non, cet hallali c’est une atteinte à une personne humaine, tout simplement. Mais peut-être nos analystes ne voient-ils que des étiquettes ou des statuts, eux qui brandissent la déclaration des droits de l’homme et du citoyen.
  2. Je n’entends nullement faire à quiconque un procès d’intention et n’utilise absolument pas l’argument de la mauvaise foi. Il faudrait être grand clerc pour sonder nos esprits, les dispositifs de surveillance ne vont pas encore jusque-là ;-). Je ne me situe pas du point de vue d’une morale de l’intention. Ce qui importe à mon sens ce sont les actes et leurs conséquences, c’est la responsabilité de chacun. La conséquence de cette affaire c’est que nos analystes ont pourri un débat et la vie de quelqu’un.

Sans cet assaut furieux, trois discussions auraient pu se déployer et j’espère bien que c’est partie remise.

La première est évidemment celui des consultations sur Internet en bibliothèque. Je ne conteste pas une seconde le principe de la protection de la vie privée et de la réduction du stockage des données aux logs de connexion, mais ces principes étant posés, il n’est pas inutile de débattre de situations réelles d’une part, et de consolider la documentation juridique et technique d’autre part.
Je reconnais volontiers l’apport de la journée d’étude ABF de janvier 2018 dont les enregistrements sont disponibles ici (ne sont fort malheureusement accessibles que les interventions générales du matin, non celles de l’après-midi en rapport direct avec les bibliothèques).

Sans prétendre ici à l’exhaustivité, j’imagine qu’un débat documenté pourrait porter notamment sur les éléments suivants :
– le droit sur la consultation en lieu public et les obligations des collectivités responsables ou au contraire ce qui ne relève pas de leur responsabilité ;
– les ordres, injonctions ou démarches pouvant venir de l’autorité hiérarchique ou politique, des forces de l’ordre, du monde judiciaire et la façon d’y répondre ou non ;
– l’exposé et la discussion (avec l’anonymisation nécessaire) de cas pratiques effectivement rencontrés.

Je ne vois pas bien qui aurait peur d’un tel débat que je ne dois pas être le seul à appeler de mes vœux.

La seconde discussion, qui pourrait concerner l’apport des bibliothèques sur les questions de citoyenneté et leur rôle dans la promotion des valeurs républicaines, devrait être au centre de la journée d’étude organisée à Strasbourg le 12 novembre 2018 conjointement par les médiathèques de Strasbourg et la BPI avec le concours de l’ABF sous le titre Bibliothèques et valeurs de la République, comment accompagner la citoyenneté ?

Et la troisième qui est à mon sens tout à fait passionnante et découle des deux textes parus dans Bibliothèque(s), concerne la question du positionnement des bibliothécaires comme militants et/ou fonctionnaires. Voilà qui mériterait des échanges animés qui ne peuvent qu’être productifs que s’il y a écoute réciproque.

Je reconnais volontiers que le texte de Chrysostome commence par des considérations polémiques (mais non personnalisées) quand il déplore qu’une « posture dogmatique pose immédiatement le débat en des termes binaires : vous êtes pour ou contre, vous avez raison ou tort […] vous êtes avec moi ou contre moi ».

Je conçois tout-à-fait que cette entrée en matière ait pu heurter des personnes se sentant visées. Mais il est étrange que celles-ci se soient ingéniées à correspondre parfaitement au portrait qui en était fait alors que la meilleure critique de ce passage aurait pu être justement d’en démontrer, par son comportement, la fausseté. Voilà une occasion ratée :  j’aurais pour ma part été ravi d’un tel démenti dans les faits.

Un dernier mot sur la démarche qui sous-tend le texte de nos 5 analystes et en particulier sur sa fin :

« Au-delà de ce qu’il faut bien appeler un dérapage individuel, il importe également de pointer les responsabilités collectives que la publication de tels propos implique. Comment un tel texte peut-il être publié dans la revue de l’ABF, comme s’il s’agissait de n’importe quelle « opinion », sans que le comité éditorial ne prenne au moins la précaution de marquer une distance vis-à-vis de [lui] ? »

Faut-il entendre que la revue de l’ABF ne doit comporter que des textes dûment validés et ne défendant qu’un point de vue ? Ils ne vont pas jusque là puisqu’ils dénient aux propos qu’ils ont dûment réécris la qualification d’opinion de même qu’en France on dit que le racisme n’est pas une opinion mais un délit. Je serais pour ma part bien ennuyé que ne paraissent que des points de vue officiels ou qu’une censure nous prive de ce qui est discordant. Le principe même de la rubrique impliquait d’accepter la contradiction, ce qu’a opportunément rappelé le comité éditorial dans sa déclaration du 1er juin Bibliothèque(s) un lieu de liberté et de respect mutuel.

Il est au demeurant absurde d’exiger de l’éditeur d’une revue qu’il condamne un article qu’il a lui-même sollicité et publié, et c’est une singulière démarche que d’accepter de contribuer à une rubrique par définition contradictoire puis de pétitionner contre l’autre contribution.

Il me faut terminer ce billet par quelques mises au point.

  1. Je l’ai rédigé de ma propre initiative. Aucun organisme, aucune personne, aucun groupe de personnes n’est à son origine. Je m’exprime en mon nom seul. Je salue celles et ceux qui se sont déjà exprimés dans le même sens sur les réseaux sociaux ou dans Agorabib.
  2. En particulier, je ne me préoccupe pas ici de « la position de l’ABF ». L’association est diverse, travaillée de sensibilités et de positions différentes, c’est à la fois normal et sain. Et à chaque moment ses instances élues, nationales et régionales, peuvent prendre en responsabilité des positions que chacun approuve ou pas. Je conserve ma liberté d’appréciation sur chacune tout en acceptant par avance qu’éventuellement elle ne me convienne pas.
  3. Ce billet n’est pas une approbation personnelle de l’article de Chrysostome, pas plus qu’une condamnation de celui qui lui fait pendant. Ce n’était pas mon objet et il me semblait important d’écrire ce que j’ai écrit indépendamment de ce que je peux penser de l’un et l’autre article (dont je considère qu’ils avaient tous les deux leur place dans la revue).
  4. D’une manière générale je n’ai aucun goût pour la polémique et n’y prend aucun plaisir. Je ne m’exprime contre des écrits ou des actes (sachant que de toutes les façons les écrits sont des actes) qu’exceptionnellement parce que je m’y sens moralement, politiquement, professionnellement obligé.
  5. L’absence de nom propre dans ce billet, à l’exception d’un prénom d’emprunt, est absolument délibérée. Je vise non des personnes mais des comportements. Les liens suffisent pour que chacun sache à quoi s’en tenir s’il le souhaite. Et s’il en est qui s’en moquent, tant mieux !
  6. Je considère la plupart des écrits des personnes dont je déplore ici le comportement, qu’ils soient personnels ou dans le cadre d’un groupe, comme de grande qualité et apportant des éléments indispensables au débat public, ce qui ne vaut pas approbation permanente et totale bien sûr. J’ai déjà relayé certains de leurs billets sur les réseaux sociaux, et tout dernièrement le jour même de la mise en application du RGPD (règlement général européen de protection des données personnelles) pour signaler ce qui me semblait alors le meilleur texte. Je continuerai à le faire car j’ai toujours distingué, selon l’expression consacrée, « l’homme et l’œuvre ».
  7. Bien des collègues se sentent loin de la dispute évoquée, qui les indiffère ou les lasse. Je le comprends parfaitement et trouve cela sain. Passons à autre chose, notamment aux questions qui auraient pu être l’objet de la rubrique citée, avec le calme et le sens de l’écoute réciproque que réclament les questions délicates et sérieuses.

 

Posted in 0-Blog, Associations, Bibliothèques | 4 Comments »